Le langage canin : quand les chiens parlent

quand les chiens parlent
Facebook
Twitter
LinkedIn
quand les chiens parlent

Les chiens, nos compagnons à quatre pattes, communiquent principalement par le langage corporel. Ce langage non-verbal, bien que différent de la parole humaine, est riche et complexe.
Comprendre ce langage est essentiel pour établir une relation harmonieuse et empathique avec nos amis canins. Cet article vise à approfondir la compréhension du langage corporel canin, en explorant les divers moyens par lesquels les chiens expriment leurs émotions et intentions.

Langage corporel : moyen de communication

La communication permet de transporter un message, de l’information, entre un émetteur et un récepteur.
La difficulté de cette transmission est l’interprétation de l’information transmise.
Il arrive que l’intention ou la signification du message « envoyé », ne soit pas interprété à l’identique par l’émetteur et le récepteur.
Le jeu « téléphone arabe », illustre parfaitement la déformation rapide d’un message à cause des interprétations différentes des émetteurs et récepteurs.
Entre humains, quand on parle la même langue, on a la possibilité de clarifier le message en utilisant des définitions et explications.
Exemple. Quand je parle d’un chien de la race beagle, je peux préciser que le beagle ([bigl] ou [bigəl]) est une race de chien originaire d’Angleterre, de taille petite à moyenne (33 à 40 cm au garrot).

Le beagle est un chien courant, souvent utilisé en vénerie, et sélectionné pour la chasse au lapin, la chasse au chevreuil, au lièvre et plus généralement au gibier à poils. Il a un odorat très fin qui lui permet de servir en tant que chien de détection. Populaire comme chien de compagnie en raison de sa taille, de son tempérament et de son absence de problème de santé héréditaire, ces caractéristiques en font aussi un animal de laboratoire. (source : Wikipedia)

Il arrive pourtant, quand on constate que le « récepteur » ne semble pas comprendre notre message, ou quand il n’agit pas en concordance avec l’information envoyée, qu’on répète le message, qu’on le répète plusieurs fois et qu’on peut même finir par le répéter en montant le volume.

clarifier nos intentions haut parleur

Une autre façon de clarifier nos intentions, besoins et émotions, consiste à utiliser le langage corporel.
Exemple : Mettre la main à la bouche avec les doigts serrés, avec un petit mouvement de va et vient signifie « manger ».

manger

Mais quand on tapote avec la main sur le dessus de la tête, qu’est-ce que cela veut dire ?

  • J’ai mal à la tête.
  • Attention à votre tête !
  • T’as oublié ton chapeau/bonnet.

Pour le savoir, on a besoin d’analyser le contexte.

Si je viens de cogner ma tête contre le haut de l’encadrement de la porte, le geste indique probablement que j’ai mal à la tête.

Si je n’ai pas encore passé l’encadrement de la porte, très bas, la personne, tapotant le dessus de sa tête avant que je passe la porte, m’indique de faire attention à l’encadrement de la porte.

En hiver, en enfilant mon manteau, mes bottes et mes gants, la personne me faisant signe en tapotant sa main sur le dessus de sa tête, attire mon attention pour mettre ou de ne pas oublier mon bonnet.

Si l’interprétation du langage corporel humain peut être complexe, bien interpréter le langage corporel d’un chien n’est pas toujours facile, non plus.

Exemple. Les traces humides des coussinets sur le sol dans le cabinet du vétérinaire, ne signifient pas forcément que le chien a les pattes mouillées. Dans ce contexte, il s’agit souvent d’une indication de grand stress. Cela se confirmera par la posture du chien, son regard, le port de sa queue.

Le succès d’interprétation du langage corporel d’un chien dépend de :

  • l’observation du corps de chien dans son ensemble
  • la familiarisation¹ avec l’individu qui « envoie » des messages.
  • la connaissance des significations des gestes, poses ou positions de l’espèce qu’on observe,
  • l’observation de l’environnement,
  • l’analyse des odeurs de l’animal et de l’environnement, mais, malheureusement, comparé aux chiens, nos capacités et compétences à ce niveau, pour la plupart entre nous, les humains, sont très limités.
  • savoir relever les informations pertinentes,

Puis, n’oublions pas : les interprétations restent des interprétations !

Les trompes l’œil nous rappellent que ce n’est pas toujours facile d’interpréter ce qu’on observe.

trompe l oeil le secret de la grande pyramide
Figure 1JR, Le Secret de la Grande Pyramide, 2019²

C’est pour cette raison que, quand on analyse le langage corporel d’un chien, ou tout autre animal, c’est bien de commencer par dire, décrire ce qu’on voit, au lieu d’interpréter immédiatement !
En relatant ces comportements au contexte, nous pouvons émettre des hypothèses concernant leur signification.

La communication corporelle canine

Vous l’avez certainement remarqué : les chiens ne parlent pas français. ☺
Pourtant, leur langage « verbal » (aboiements, grognements, hurlements, gémissements, cris, halètements et soupires) montre une certaine richesse.
Vous reconnaissez probablement, facilement, le gémissement, l’aboiement sec, ou autre vocalisation de votre chien quand il vous « demande » à lui ouvrir la porte pour sortir.
Pas tous les chiens agissent de la même façon. Il y en a qui vont gratter la porte, sauter sur la porte, appuyer leur museau contre votre jambe, vous prendre par la main, etc. Ils font et répètent ce qui fonctionne pour eux. Peut-être vous le leur avez enseigné consciemment. Peut-être que votre chien vous a « éduqué » (conditionné) sans que vous ne l’ayez réalisé. 😉
Leur cohabitation avec l’homme depuis des milliers d’années, leur domestication, les a permis de s’adapter à l’humain, y compris à la communication avec l’humain.
Exemple. Si les chiens utilisent le contact visuel (œil-œil) en intraspécifique, d’une façon comparable aux loups (le contact visuel peut induire de la peur ou de l’agression.), ce signal peut porter un message différent quand il est utilisé en interspécifique, dirigé vers l’humain. Les chiens se servent, souvent, du contact visuel avec l’humain, avec le même but que les humains : une demande d’attention, débuter une interaction communicative ou simplement maintenir une connexion. Mais, avec un humain inconnu, un chien tolère moins un contact visuel « forcé » (soutenu), qu’avec un humain familier.³
Les chiens savent même reconnaître les émotions humaines en analysant les visages ! Ils montrent clairement un « left gaze bias »⁴ , ce qui signifie qu’en regardant le visage humain, ils regardent d’abord et/ou pour des plus longs instants la moitié gauche du visage, associé avec le traitement des informations émotionnelles faciales.

Le langage corporel canin

Si le chien sait bien analyser nos émotions et gestes, savons-nous en faire autant avec le chien ?
Comprenons-nous les expressions, gestes et postures de nos chiens ?
La queue, la gueule, les oreilles, le regard, et la posture ont chacun leur importance et permettent à nos chiens d’exprimer leurs émotions, ressentis et intentions.

La queue : plus qu’un simple mouvement

La queue portée en position neutre, détendue peut indiquer détente ou joie.
La position neutre change en fonction de la race de chien. La position neutre est très différente chez un Akita Inu, un labrador et un whippet.

akita 1
Akita Inu
whippet
Whippet
labrador
Labrador

La queue basse : elle est plaquée contre l’arrière-train ou rentrée (en dessous du ventre). Elle peut indiquer un manque de confiance, la peur ou l’anxiété. Il est important d’analyser le contexte, car elle peut également indiquer que le chien a mal.
La queue haute (queue dressée), peut être souple ou raide. Un mouvement rapide et vigoureux indique souvent un état d’excitation ou de joie, surtout lors des retrouvailles avec le propriétaire.
Une queue qui oscille lentement peut signifier que le chien est incertain ou en train d’évaluer une situation.
Un chien avec une queue portée naturellement haute et enroulée, peut, en état de vigilance ou d’agitation, enrouler davantage la queue sur le dos.

Il est important d’observer la position et le mouvement de la queue, comparé à la position neutre de l’individu concerné. On peut considérer que plus la queue se raidit, plus la tension monte et l’animal se trouve à gauche sur l’axe de valence dans « l’espace des émotions primaires »⁵.

animal emotions karolina westlund
Figure 2 Animal Emotions. Karolina Westlund. Illis ABC.

Mais la position de la queue seule ne suffit pas pour connaître le ressenti du chien. Il est nécessaire d’observer la tension dans le reste du corps pour arriver à mieux comprendre la situation.

Vidéo Nickel :

Situation : passage près d’un tuyau qui rejette de l’eau avec des petits à-coups. Ce terrier porte naturellement la queue enroulée. La position basse de la queue et le corps baissé indiquent probablement l’incertitude face à l’inconnu. Mais les oreilles en avant et l’approche vers le tuyau indiquent la curiosité, l’envie de mieux analyser.

Les oreilles : récepteurs de bruits et émetteurs de ressentis

Grandes oreilles, petites oreilles, oreilles pointues, oreilles arrondies, oreilles dressées, oreilles pendantes, mobiles et expressives, sont des indicateurs de l’humeur d’un chien.
Un chien qui pointe ses oreilles vers l’avant peut montrer de l’intérêt, de la concentration, ou de l’excitation. Les oreilles rabattues en arrière, plaquées contre l’arrière de la tête, peuvent indiquer de la peur, de l’anxiété ou de la tristesse.
Si le chien fait un mouvement de recul et d’évitement avec des oreilles basses, tournées sur le côté ou vers l’arrière, mais pas plaquées contre la tête, il ressent probablement de l’incertitude ou de l’inquiétude. Mais s’il s’approche avec le même port d’oreilles, c’est plutôt une approche amicale.

port doreilles dun chien

Le regard : fenêtre sur l’âme canine

Le regard dans le monde canin est chargé de significations. Un chien qui fixe intensément peut avoir la volonté de confrontation, se trouver dans une opération de traque ou manifester une inquiétude ou contrariété. Il est important d’observer les autres parties du corps pour confirmer ces interprétations. Ainsi, la position en avant des oreilles, la mâchoire serrée et la raideur ou l’immobilité du corps peuvent confirmer notre hypothèse selon qu’on se trouve dans le contexte correspondant.
Mais, comme indiqué plus haut, un regard soutenu avec un humain familier peut indiquer une recherche de contact, une volonté de communication ou tout simplement maintenir une connexion. Le reste du corps dans ce cas sera plus souple que dans une situation de traque ou confrontation.

Le clignement des yeux en évitant un regard direct peut indiquer un inconfort dans une situation trop intense. Exemple. Quand vous essayez de photographier votre chien en vous approchant de lui et qu’il cligne des yeux, il vous indique son inconfort.
Quand votre chien fait des « yeux de baleine », ses pupilles sont dilatées, on voit le blanc de ses yeux et son regard est détourné de la direction de son museau, son corps est figé. Il manifeste également un inconfort et cherche probablement comment sortir de cette situation.
Les grands yeux ronds (Ex : carlin) ou le front plissé (Ex : basset hound) de certains chiens, peuvent donner l’impression d’un regard fixe, quand ce n’est pas le cas.
Des petits yeux ou des yeux cachés derrière des poils, difficiles à observer, nous obligent à bien observer le reste du corps afin de savoir ce que le chien communique.

La posture : le langage du corps

La posture globale d’un chien donne de précieux indices sur son humeur. Un chien, visage et corps détendus, une démarche calme, avec le poids du corps réparti en équilibre sur les 4 pattes, est généralement calme et content.
Quand les oreilles se dressent en avant, le poids de la tête et du corps passe sur les pattes avant et la queue se dresse, l’intérêt, la curiosité ou la surprise se manifestent. L’analyse complémentaire de l’environnement et d’autres signes corporels montreront si le chien est curieux ou inquiet. Ses ressentis peuvent très vite évoluer et l’un n’exclut pas l’autre.

Un chien qui se courbe ou baisse sa tête en présence d’humains ou d’autres animaux peut montrer de l’appréhension et/ou le souhait d’éviter une confrontation. Inversement, une posture raide et des muscles tendus peuvent signaler de l’agitation ou de l’agressivité.

Les vocalisations : au-delà des aboiements

Les sons émis par les chiens sont variés et contextuels. Par exemple, un aboiement court et aigu peut exprimer l’excitation ou l’anticipation, tandis qu’un aboiement grave et soutenu peut servir d’avertissement. Les gémissements ou pleurs peuvent indiquer de l’anxiété, de la douleur ou le désir d’attention. Il est essentiel d’écouter ces sons en les mettant en contexte avec le langage corporel pour en comprendre la signification.

Les difficultés des scènes de vie « en direct », sont la vitesse et la subtilité de certaines parties de la communication canine. La vidéo nous permet de mieux déceler ces subtilités. Pour faire le point sur le matériel nécessaire pour filmer votre chien en balade ou lors de vos séances d’entraînement, un article sur le sujet est disponible sur le blog !

Vidéo Uni :

Extrait d’une séance de travail avec un chien réactif aux congénères. L’objectif de cette séance est :

  • évaluer les compétences de communication du chien blanc et noir,
  • aider la propriétaire avec la lecture de ce langage corporel,
  • respecter les ressentit du chien l’aidant ainsi à diminuer ses réactions agressives.

Cet extrait est filmé au bout de 20 minutes de balade, démarrant avec les chiens distancés de 100 m. C’était la distance à laquelle le chien blanc et noir était assez à l’aise pour suivre le terrier, sans le fixer et en naviguant sur le chemin de droite à gauche d’une façon détendue.
Petit à petit, il s’est approché, à sa vitesse.

Lécher le nez est généralement considéré comme un signal d’apaisement. Dans cet extrait, nous pouvons constater que « lécher le nez » suit le comportement de humer l’air en direction du chien noir et feu à une distance de 2 m. Humer, puis lécher l’air, puis lécher le nez, permet de capturer les molécules d’air, pour analyse. Comme certains chiens qui reniflent un pipi puis le lèchent et font ainsi passer les molécules dans les narines et l’organe voméronasal. Les odeurs sont pour les chiens une mine d’informations pour adapter leur comportement au contexte. Dans cette vidéo, lécher le nez est peut-être un complément d’analyse des molécules d’air, peut-être un comportement apaisant suite à l’analyse des molécules captés par le nez, ou les deux…

Conclusion

L’analyse du langage corporel canin est une compétence qui s’acquiert par la pratique et la répétition des exercices d’observation, de relève des informations pertinentes, de familiarisation avec l’individu et de la mise en relation de ces données avec le contexte.
Comprendre le langage corporel des chiens est une étape fondamentale pour établir une communication efficace et empathique, favorisant ainsi une coexistence harmonieuse et respectueuse avec ces êtres sensibles.

Chaque cours en ligne de Muzo+ attire l’attention sur le respect des ressentis des animaux, afin de collaborer avec leur consentement.



1 La familiarisation est un processus qui consiste à s’habituer à des individus, une situation ou des objets. Il s’agit d’appréhender des éléments nouveaux pour se sentir à l’aise avec eux au bout d’un certain temps

2 Mars 2019. Pour les 30 ans de la Pyramide du Louvre, conçue par l’architecte Ieoh Ming Pei, JR (né en 1983) voit les choses en grand. Il imagine une anamorphose géante, conçue à l’aide de larges bandes de papier collées à même le sol par quelque 400 bénévoles. Le résultat est à la hauteur de l’événement : un gouffre semble s’être soudainement creusé dans la cour Napoléon, tandis que la pyramide jaillit, triomphante, des entrailles de la terre…

3 The Social Dog. Behaviour and Cognition, Juliane Kaminski et Sarah Marshall-Pescini. Academic Press. p.329

4 The Social Dog. Behaviour and Cognition, Juliane Kaminski et Sarah Marshall-Pescini. Academic Press. p.328

5 Cours Animal Emotions. Illis ABC. https://illis.se/education/courses/animal-emotions/

Plus d'articles à explorer

communiquer avec chien pointer

Communiquer avec son chien : nos conseils

Pour être compris par son chien, l’être humain a besoin de savoir se faire comprendre. Des conseils sur la façon de s’exprimer optimiseront la communication.

Les cours de Wini Verschueren

Wini Verschueren
4.8/5

L’objectif de ce cours est d’organiser la cohabitation harmonieuse avec plusieurs chiens. Arriver à gérer les états émotionnels de plusieurs chiens au même endroit en même temps, n’est pas toujours évident. Dans ce cours nous voyons comment arranger les lieux de vie et organiser les apprentissages coté canin et côté humain, afin d’anticiper et limiter les difficultés. Ce cours s’adresse à des foyers multi-chiens allant de cohabitation permanente jusqu’à occasionnelle.

Wini Verschueren
4.8/5

Marcher en laisse sans tirer fait partie du top 3 des objectifs énoncés par les propriétaires de chien. Pourtant c’est une compétence souvent compliquée à mettre en place. Heureusement l’analyse comportementale appliquée aide à mieux planifier les apprentissages nécessaires à l’acquisition de cette compétence.

Réponses

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.